île prison pour les jeunes délinquants du monde entier
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 :: LA DEUXIÈME PETITE ÉTOILE :: zones neutres :: plage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
damn, I look just like my fucking dad (ruben)

Andres Munoz
MAGICIENS ; gryffondor
MESSAGES : 494
Date d'inscription : 16/05/2019
PSEUDO : arukaevi
AVATAR : aron piper
COPYRIGHT : PONY THE BEST
GANG : tu es un p'tit gryffondor gamin chez les alchimistes.
POINTS : 155
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyDim 14 Juil - 18:56


T'as eu ce que je voulais, et j'ai eu ce que tu voulais. T'es pas le mieux logé mais moi non plus. Tu m'en veux d'un truc où je n'y suis pour rien. Et je sais même pas qui tu es. Tu portes juste mon sang comme ces millions de bâtard qu'a engendré le géniteur Munoz.

@Ruben Miller &  @Andres Munoz














Les jours se ressemblent sur cette île excepté depuis quelques temps. Des meurtres. Des amourettes. Des mensonges. Des flagellations. De la psychose. Des trahisons. Tu ne sais plus où donner d’la tête. Et y en a un deuxième qui sait pas où donner d’la tête c’est le petit norvégien blond que t’as déjà sauvé des fouets d’la milice. Il est venu te voir. Il est venu limite en implorant ton pardon, une nouvelle fois. Il t’a sortit une multitude de choses. Pour que la finalité soit : Aide-moi à me battre. Cette tâche serait même plus dure que de séduire Don, c’gamin, tu peux le briser à tout moment. Et surtout il peut se briser lui même. Il est plus dangereux pour lui que pour les autres. Et il veut pas demander à ses autres frères apparement. Il veut le prouver tu-ne-sais-quoi, qu’t’as pas envie de savoir. Toi, ça te convient. Il est gauche. Mais, il est de bonne compagnie. Il parle beaucoup trop mais, s’il compte pour Don alors il compte pour toi. C’est la règle, non? Alors tu lui as donné rendez-vous, tous les dimanches sur la plage. A la même heure. Le dimanche en général, tout le monde pionce. Toi, tu te lèves tôt en catimini, tu quittes les magiciens comme si de rien était. Tu quittes les bourrés d’la veille, les droguées nocturnes, les battus du crépuscules et les baiseurs de l’ombre. Il t’a demandé d’être le plus discret possible auprès de l’italien, Envy. Il veut pas que ça se sache, et toi t’aimes pas trahir la confiance de Don. Alors tu lui as dis qu’si un jour où il viendrait à te demander tu lui dirais la vérité. C’était ta part du marché.

Et aujourd’hui, on était un dimanche.
Il était là, droit, avant toi.
Il avait du soit ne pas dormir d’la veille, soit s’être réveillé deux heures à l’avance.

La séance se passe comme d’habitude. Vingt minutes où le gamin t’explique qu’il s’est entraîné avec pleins de mots et où tu plisses les yeux, où tu utilises toute ta matière grise pour décoder les informations devant l’avalanche de phrases qui sort d’entre ces lippes. Ensuite, l’échauffement. Où il manque de se fouler une à trente fois la cheville, ou d’se casser un os, de se briser une articulation si ce n’est pas cinquante. Puis l’entraînement en lui-même. Tu lui apprends surtout à contrôler son long corps. Trop long pour lui. Il se doit d’être adroit. Pour pouvoir contrer. Pour c’qui est d’la consistance on passera plus tard même s’il te tanne avec ça. Toi, tu le sermonnes et tu lui dis qu’la force ça vient avec le temps. Qu’la force ça vient après. Que le principale c’est de dompter son soi. Ouais, t’es un peu le Jean-Claude Van Damme espagnol, effectivement. Mais tu veux qu’il sache se blinder en cas d’attaque, l’norvégien.

Puis le silence. Et il recommence. Il parle.
Encore. Encore et encore.
C’est comme ça tous les dimanches.


Aujourd’hui, tu prends même le temps d’lui accorder quelques minutes d’paroles à la fin. Parce que t’as envie d’savoir comment il va. Il a l’air de s’obscurcir de manière hebdomadaire. Il parle quelques minutes de moins. Semble vouloir aller plus vite dans c’que vous faites, et ça t’fais bizarre. C’est pas que tu t’y attacherais à ce gamin mais quand même. Puis, tu le laisses partir. En général, tu le raccompagnes légèrement. Mais cette fois-ci, il veut pas. Il veut rentrer seul. Il dit qu’il doit rejoindre quelqu’un, même si t’y crois que trop peu.


damn, i look just like my fucking dad

Revenir en haut Aller en bas

Ruben Miller
CHIMÈRES ; scylla
MESSAGES : 57
Date d'inscription : 06/07/2019
PSEUDO : dionysass/Marine
AVATAR : Benjamin Wadsworth
COPYRIGHT : HOODWINK(ava)
GANG : chimère ; milicien
POINTS : 4
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyMer 17 Juil - 0:06

damn, I look just like my fucking dad


T'as remarqué que les habitudes étranges n'étaient pas rares sur l'île. C'est presque fascinant ; et comme ton boulot c'est patrouiller, t'as absolument tout le temps possible pour les observer. T'as remarqué les duos ou trios qui aiment baiser en publique, les magiciens qui à cinq heure du matin sont encore occupés à jouer aux cartes après une cuite monumentale, les étranges couples qui semblent se former de plus en plus facilement ; mais surtout, cet inattendu rendez-vous du dimanche. Tu comprends pas bien ce qui te fascine là dedans, mais c'est la seconde fois que tu suis le grand blond à l'air fragile qui rejoint ton frère.
Ton frère. Parce qu'il est ici, avec toi, et que tu l'as suivi lui aussi. T'as cherché des infos, t'avais déjà vu des photos de lui, puis plus tu l'fixes, plus tu vois la ressemblance. Et sa mère, qui en larmes, te montrait des photos de lui adolescent, des photos qui te donnaient la désagréable impression de regarder dans un miroir.
Tu lui as pas encore parlé, mais il est en face de toi, pas très loin. Tu l'observes, assit dans le sable, apprendre à l'autre blond comment se battre. Ils parlent pas mal, mais t'écoute pas, c'pas ton but. Leur relation, tu t'en fiche. Ou tu essayes en tout cas. Parce qu'au final, le blond, c'est pas son frère ; toi tu l'es. Il n'est pas au courant, Andrès n'est pas au courant, pas encore.

Le blond fini par s'en aller et t'en profites pour te relever. T'as ton petit sourire de con, le charmeur, celui qui plait. Tu veux pas vraiment plaire à ton frère, c'est pas ton but, mais s'il pouvait ne pas lui sauter tout de suite à la gorge, ce serait cool. Tu le connais pas, tu l'as malheureusement jamais côtoyé, mais t'as attrapé des infos à droite à gauche, et ça reste un magicien. Et les magiciens sont connus pour être violents, un peu trop vifs et irréfléchis. T'as pas envie de ça ; tu veux le faire chier, et t'es presque devenu milicien pour ça, mais pas pour t'en prendre plein la gueule.
Tu profites qu'il soit seul pour l'approcher, ton pire sourire collé à ta gueule : "J'suis pas sur qu'un magicien qui entraîne un alchimiste soit une bonne idée pour la milice..." Tu sors une cigarette de ta poche, t'en prends une entre tes lèvres avant d'en tendre une à l'Espagnol en face de toi. "Andrès, c'est ça ?" tu parles en espagnol, la langue plus ou moins naturelle pour toi. "Comment va ton dos ? Parait que tu as bien cherché le milicien qui te faisait du sale..." sourire en coin, presque charmeur, un tantinet amusé.
Revenir en haut Aller en bas

Andres Munoz
MAGICIENS ; gryffondor
MESSAGES : 494
Date d'inscription : 16/05/2019
PSEUDO : arukaevi
AVATAR : aron piper
COPYRIGHT : PONY THE BEST
GANG : tu es un p'tit gryffondor gamin chez les alchimistes.
POINTS : 155
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyJeu 18 Juil - 22:09


T'as eu ce que je voulais, et j'ai eu ce que tu voulais. T'es pas le mieux logé mais moi non plus. Tu m'en veux d'un truc où je n'y suis pour rien. Et je sais même pas qui tu es. Tu portes juste mon sang comme ces millions de bâtard qu'a engendré le géniteur Munoz.

@Ruben Miller &  @Andres Munoz







Un pas en arrière. T’es prêt à bondir comme un fauve.
Un milicien. Un homme. Un gamin. Toi?
Tu recules encore.

Tes sourcils se froncent. Ton regard examine le gamin en face  de toi. Et t’as ce mouvement de recul. Obligatoire. Il te ressemble putain. Il te ressemble comme deux gouttes d’eau. Tu crois déjà l’avoir vu quelque part. Enfin, tu crois. Peut-être sur l’île mais t’as pas dû y faire attention mais maintenant tu le vois. Tu peux pas nier l’évidence. Putain, on dirait toi y a quatre, cinq ans. On dirait toi. On dirait toi. Tu comprends pas. Tu te dis que y a des gens qui s’ressemblent sur cette île sans avoir de lien de parenté. Simen et Dono, par exemple. C’est d’ailleurs peut-être l’une des raisons pour laquelle tu t’es autant attaché à c’gosse. Mais là, là, c’est pas possible. Là, ça dépasse le rationnel. Puis, sa voix. La langue qu’il utilise. Plus ou moins correctement. Toi, t’as envie d’lui tirer, d’se casser. Parce que t’as l’impression d’être dans un d’ses films où sur le point de crevé le héros se voit plus jeune, se parle à la version de lui, enfant. T’es carrément flippé. T’es perdu. T’es prêt à sortir les crocs, connard. Jusqu’à ce qu’il te tende cette clope. Tu l’attrapes, le jaugeant encore une dernière fois. Tu détournes tout d’suite le regard. Tu veux pas affronter ton reflet. Tu veux pas t’poser de questions, t’as déjà assez de merde dans ta vie pour t’bourriner le crâne avec ça.

Le bout rouge s’allume sur le coup de tes allumettes.
Inspiration assez rapide de la nicotine.
Les clopes sont toujours les bienvenues ici.
Surtout quand elles font pas parties de ton propre paquet.


Arque un sourcil, enculé. Pendant que t’écoutes ses paroles. Puis, toi t’es toujours sur la défensive, alors tu siffles entre tes dents quelques mots de ta langue latine. Trop rapide. Trop vite, presque dans un seul souffle. “ La milice devrait pas s’intéresser plutôt aux meurtres qui s’passent sur cette île? On est obligé de donner des cours de combat aux plus faibles parce qu’ils flippent. “ Tu te tournes rapidement vers ton doppelgänger tout droit sorti des enfers. “ C’est d’votre faute si on en est là, faites votre boulot peut-être qu’on aurait pas à faire ça… “ Puis tu retires sur ta clope. Une grande bouffée alors que tu regardes l’horizon. T’es toujours sur le qui-vive, inconsciemment. Parce que tu te dis que toute cette scène n’est pas normal, t’es peut-être même en train de rêver? Tu te pinces discrètement la cuisse. Mais non. Non. Putain de bordel de merde. Tu rêves pas, gamin. C’est pas un songe. T’es là. Il est là. Et t’es toujours en train de crever d’effroi. T’as le sang qui se glace. Il connaît des choses sur toi, cet enculé. “ T’es un James Bond de l’île ou quoi? Tu connais ma vie? Tu connais c’que je me bouffe ici? Ou c’est juste que tu kiffes voir les gens se faire enculé? T’as un fantasme sur ça? Non mais dis moi que je sache à qui j’ai à faire. Parce que tu connais déjà ton prénom, mais c’est quoi le tien? “ Tu siffles encore. Tu siffles trop. Serpent à sonnette, t’es pris en flague. T’es sous cache. T’es effrayé, merde.

damn, i look just like my fucking dad

Revenir en haut Aller en bas

Ruben Miller
CHIMÈRES ; scylla
MESSAGES : 57
Date d'inscription : 06/07/2019
PSEUDO : dionysass/Marine
AVATAR : Benjamin Wadsworth
COPYRIGHT : HOODWINK(ava)
GANG : chimère ; milicien
POINTS : 4
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyDim 21 Juil - 21:47

damn, I look just like my fucking dad


Tu vois bien qu'il est pas bien, et ça t'fait sourire. Pour toi aussi, c'est bizarre, parler à ton reflet, sauf que toi tu sais et tu comprends ce qu'il se passe ; c'est pas son cas, le pauvre. Il recule et tout sourire s’agrandit. Il doit te prendre pour un fou et il a surement un peu raison. T'as pas vraiment prévu de tout lui raconter tout de suite, mais qui sait. Et peut-être que ça le rassurerait aussi. Mais toi, t'as un peu peur ; tu sais pas comment il va réagir. Sa mère t'a dépeint un portrait presque parfait de son fils, mais elle était peut-être un peu folle, perdue sans son très cher Andres, sans ce fils qu'elle estimait tant. Alors t'as pas vraiment confiance en ses paroles, en sa description.
Il prend ta cigarette et ça te rassure. Il parle, te répond. Peut-être que t'as une chance de tout lui raconter sans te prendre des insultes, des coups ou une fuite. Peut-être. T'espères, en tout cas.  

Il te parle, et tu sens une pointe de stress, quelque chose comme de la peur qui ne fait cracher un flot de paroles presque nerveux. Tu l'comprends, il veut en savoir plus. Tu prends le temps de tirer sur ta cigarette une fois qu'elle est allumée, inspirer et expirer une bonne dose de nicotine, avant de lui offrir ton plus beau sourire. "Ruben. Mon nom à moi c'est Ruben." tu précises pas ton nom de famille, parce que c'est pas vraiment important, et que celle qui te l'a donné est une vraie pute. "J'te connais pas si bien que ça, t'sais. Mais je connais quelqu'un qui m'a un peu parlé de toi." tu respires encore la fumée, expires. "Ta mère, très chère Madame Munoz." ton sourire se fait un peu plus grand, méchamment tendre. "Elle m'a montré des photos, de toi, plus jeune." tu gardes la cigarette entre tes lèvres pour mettre tes mains devant toi, en signe de paix. "On se ressemble beaucoup. C'est normal. Ton père... On a le même père. Je suis ton demi-frère." tu termines, l'accent toujours imparfait, chauffé par l'espoir, le ventre tordue de peur.
Revenir en haut Aller en bas

Andres Munoz
MAGICIENS ; gryffondor
MESSAGES : 494
Date d'inscription : 16/05/2019
PSEUDO : arukaevi
AVATAR : aron piper
COPYRIGHT : PONY THE BEST
GANG : tu es un p'tit gryffondor gamin chez les alchimistes.
POINTS : 155
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyLun 22 Juil - 19:18


T'as eu ce que je voulais, et j'ai eu ce que tu voulais. T'es pas le mieux logé mais moi non plus. Tu m'en veux d'un truc où je n'y suis pour rien. Et je sais même pas qui tu es. Tu portes juste mon sang comme ces millions de bâtard qu'a engendré le géniteur Munoz.

@Ruben Miller &  @Andres Munoz







Son sourire. Son sourire. Son sourire.
Perturbant. Familier.
Son sourire. Son sourire. Son sourire.



Tu connais ce sourire. Il t’glace le sang. Il t’fout les jetons même si t’essayes de garder la face tant bien que mal. Tu tentes de rester digne. Tu tentes de rester impassible. Mais putain c’que c’est dur. C’que c’est perturbant. C’est digne d’un film d’horreur. C’est digne des télénovelas que regardait ta madre quand t’étais gamin, entre ses jambes à terre. Elle, balayant tes bouclettes de ses doigts manucurées. Flashs dans ta tête. Père déjà aux abonnés absents. Pas dans ton flashback. Pas dans ta mémoire. Ton sang se glace. Tes muscles se tendent. Tout d’un coup. Réalité. Revenu réalité. Tu bouillonnes. Tout va trop vite. Tout est trop rapide. Quelqu’un. Qui? Pourquoi où? Comment? L’individu en face de toi, tarde pas d’y répondre. Son sourire. Son regard. Le tout qui le compose. Tes yeux s’assombrissent, un rictus sardonique se dresse sur ton visage. Le déforme. Tes mains s’avancent. Proie devient prédateur. Tes griffes viennent attraper le col de son maillot. Tes pattes s’enfoncent dans le sol afin d’garder un appuie alors que les siens quittent ce dernier. Son dos s’écrase contre un arbre alors. Il parle de ta mère. Et tu rugis. Tu agis trop vite. Tête baissé. Tu tombes dans le piège du gamin. “ Comment tu connais ma mère?! Pourquoi t’as été la voir?! Qu’est-ce que tu fous ici?!! Qu’est-ce que tu lui as fais?!!! “ La plage vide est désormais saturé par tes hurlements. “ Je te promets que si tu lui as du mal, je t’explose ta putain de sale gueule contre cet arbre. Rien à foutre, y a déjà des tueurs, au pire on les accusera eux. “

Révélation. Jambes qui se détendent.
Un corps qui tombe, tes bras qui laissent tombés.
Trop d’informations. Trop d’informations.
Trop d’événements.


Tu ris. Oui, tu ris, gamin. Tu deviens dingue. Il doit bien avoir au moins 18 ans ce gosse-là, tu pensais pas que ton père avait commencé aussi tôt ses conneries. Tu pensais pas qu’il avait été un enculé jusqu’au bout. Depuis le début. Depuis toujours. Et c’est un monde qui s’écroule parce que si tu l’as haïs dès l’adolescence avant c’était un héros. Tu lui ris au nez à ce pauvre type. “ Et t’es venu jusque dans l’île pour me voir? T’as été voir ma mère pour savoir qui j’étais? T’es aussi taré que ton père, fils de con. “ Tu craches. Juste à côté de lui. “ Des bâtards Munoz doit y en avoir des centaines, voir des milliers. Ton daron a la sale habitude de foutre sa bite partout, si tu l’avais pas compris. D’accord? Y en a peut-être même une vingtaine ici. “ Tu pointes l’île de ton doigt. Du moins ce qu’tu peux encercler. La forêt en somme. “ Viens pas m’casser les couilles, t’as bien compris? Cherche un autre espagnol. Il doit bien être le fils de ton père. Mais moi, laisse-moi en dehors de tout ça. Si j’suis là, c’est pour n’pas être prêt de lui. Mais j’te préviens. Si j’apprend que t’as fais du mal à ma mère. “ Sourire peut-être un peu effrayant. Visage déformé. Rire ressemblant à un râle, résonnant. “ J’te promets que je te fais péter les deux genoux. Et le crâne par la même occasion, ça aidera juste la terre entière à enlever un fils d’enculé sur cette terre. Oui, parce que si tu l’as pas compris ton père est un enculé, Ruben. “ Tu articules bien trop son prénom. Roule le “ R “ bien trop longtemps.
damn, i look just like my fucking dad

Revenir en haut Aller en bas

Ruben Miller
CHIMÈRES ; scylla
MESSAGES : 57
Date d'inscription : 06/07/2019
PSEUDO : dionysass/Marine
AVATAR : Benjamin Wadsworth
COPYRIGHT : HOODWINK(ava)
GANG : chimère ; milicien
POINTS : 4
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyMar 23 Juil - 17:49

damn, I look just like my fucking dad


Tu t'attendais à sa violence alors tu ne cherches pas à fuir ou enlever ses mains, tu le laisses te guider contre l'arbre. Il appuie désagréablement contre un hématome, mais tu dis rien, t'esquisses même pas une grimace de douleur. Il s’énerve, s’inquiète, mais toi tu peux pas t’empêcher de sourire. Tu gardes les mains levées, toujours en signe de paix, parce que t’as pas touché à sa mère et que c’était vraiment pas l’but. Ta révélation semble le calmer, ou du moins le surprendre assez pour qu’il n’ait plus envie de te niquer, pas tout de suite.
Sauf que ton sourire disparaît en l’entendant rire. T’aimes pas ce rire, t’aimes pas ce terme. Bâtard. T’es pas un bâtard. Ouai, ton père était marié à quelqu’un d’autre, et clairement pas à ta mère, mais ça change rien à tes yeux. Tu voulais pas que ça change quelque chose aux yeux d’Andres non plus. T’espérais trop être son sauveur, qu’il soit heureux de te voir. Mais c’est pas l’cas, clairement pas, et ça t’baise.

Ton sourire tombe et tu fronces les sourcils, la colère, froide comme jamais, te fait serrer les poings. Il crache et ça t’plait encore moins. “j’suis pas un bâtard, Munoz.” ton accent étrange ressort et tu détestes ça, parce que tu sais qu’il le remarque. “Et j’ai pas touché à ta mère.” tu l’repousses, violemment. T’es dégoûté par la tournure que prend cette rencontre. “J’voulais en savoir plus, sur cette famille, ta famille. Parce que t’as tout eu, connard, même si ton père, notre père, c’était un connard, tu l’as connu.” tu le repousses encore, tu plantes à ton tour tes pieds dans l’sol pour avoir plus de force, parce que t’es carrément plus petit que lui. “J’suis pas un bâtard, Andres, j’suis ton putain de frère.” et t’as comme une trace d’espoir dans la voix. “J'suis pas venu ici pour toi, déjà, redescend de ton trône. J’suis venu ici parce que j’ai vu ta mère et qu’elle m’a tout expliqué, qu’elle pleurait devant moi, j’crois elle m’a appelé mi Batman plusieurs fois. Ha ouai. J’suis ici parce que j’ai niqué notre daron, parce qu’il a dû remettre ses dents en place après mon passage. Mais ouai, j’suis surement aussi taré que lui.” et le premier coup part, parce que personne te traite de bâtard sans les conséquences, même pas lui, surtout pas lui.
Revenir en haut Aller en bas

Andres Munoz
MAGICIENS ; gryffondor
MESSAGES : 494
Date d'inscription : 16/05/2019
PSEUDO : arukaevi
AVATAR : aron piper
COPYRIGHT : PONY THE BEST
GANG : tu es un p'tit gryffondor gamin chez les alchimistes.
POINTS : 155
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyJeu 25 Juil - 23:18


T'as eu ce que je voulais, et j'ai eu ce que tu voulais. T'es pas le mieux logé mais moi non plus. Tu m'en veux d'un truc où je n'y suis pour rien. Et je sais même pas qui tu es. Tu portes juste mon sang comme ces millions de bâtard qu'a engendré le géniteur Munoz.

@Ruben Miller &  @Andres Munoz







T’as ce sourire en coin.
C’est pas un bâtard qu'il dit.
Petit rire, t’es monstrueux, enculé.
C’est qu’un putain de gamin.


“ Mais, même moi j’suis un bâtard. Tout ce qui sort de ses couilles, fais d’la merde. “ Toi, ta langue, ton parlé, les insultes, les mots sont fluides. T’es fluide. Trop fluide, t’as d’la merde à déverser. T’as d’la haine à déverser et faut l’avouer c’est ce pauvre petit connard sortant des couilles de ton géniteur qui prend. Mais, en même temps, il est venu avec son petit sourire. Il t’a parlé comme s’il te connaissait depuis toujours. Comme si t’étais son frère. T’es pas son frère. T’es le frère de Jader. T’es même pas le frère de ta propre soeur. Toi, ton sang fait qu’un tour. Et là tu craches, tu siffles. Un serpent face à sa proie. T’es venimeux. Tu l’empoisonnes ce pauvre Ruben, t’es vraiment le digne fils de ton père. “ Mais tu crois que j’aurai pas aimé être à ta place? Tu crois que j’aurai pas aimé ne jamais le rencontrer? C’est un enculé, comprends-le. C’est un fils de pute. C’est pas un putain de bonhomme. Enlève toi ça d’la tête. Y a pas de notion de famille avec lui, tu comprends ça ? Regarde-nous. “ Rire vipérin. “ Regarde-nous, regarde-toi. On est des merdes. Parce qu’on sort de ses couilles. T’as rien perdu, gamin. T’y as même gagné… “ Rictus maussade. Moue envieuse. Vous vous enviez. Vous souhaitez la situation de l’autre parce que vous ne connaissez que la votre. La peine est bien trop dure pour vous deux. Toi, t’es encore plus trahi que tu ne l’étais. Il trompait déjà sûrement ta mère avant ta naissance. Et c’est douloureux, hein? Qu’ça fait mal.

Pique dans l’palpitant.
Regard qui se perd. Qui fixe un point invisible.
Mi Batman. Souffrir. Souvenirs.
Gorge qui se noue. Questions en boucle.
Va-t-elle bien?

Puis un éclair. Un éclair pas pour le coup, bien sûr que non. Pour le fait qu’ton géniteur est salement morflé, et ça a commencé à t’faire esquisser un sourire. Un rictus presque joyeux sur la gueule de l’Espagnol. Mais, il est très vite effacé par l’étonnement. Le coup vient frapper juste au niveau de ta pommette. Putain, ils savent pas frapper ailleurs sur cette île? Tu vas finir par avoir cette dernière fêlée ou une connerie comme ça à force. Tu secoues ton visage en soupirant alors. Tu vas vraiment être obligé d’le frapper. Parce qu’faut installer une hiérarchie. T’hésites. Il est d’la milice. Il est d’la milice cet enculé. Mais depuis quand t’en as quelque chose à foutre? Et tes mains viennent alors l’attraper. Le maintienne pendant quelques secondes avant de le rejeter sur le sol. Quelques secondes plus tard tes doigts viennent passer délicatement sur là où son poing est venu s’faire un plaisir de te heurter. “ Tu fais chier, gamin, putain. J’aurai presque pu faire ami-ami avec toi, vu qu’tu l’as foutu dans la gueule du géniteur. Mais là… Tu cherches putain, tu cherches. “ Puis, en fait, tu commences un peu à vriller. Tu vrilles gamin. Parce que t’as plus que ça qui te rappelle que t’es humain. Qu’t’es pas dans un rêve. Tu laisses la rage te submerger. Elle est douce, âcre, elle brûle. “ Tu t’attends à quoi?! Venir ici, rigoler et me parler de ma mère?! M’balancer ça à la gueule? C’est des manières putain?! C’est des putains de manière, pauvre connard va. Aussi fêlé que ton père, putain mais ça va pas, y a d’la drogue dans le sang des Munoz ou quoi?!!! Vous avez un truc qui tourne pas rond?!!! “

damn, i look just like my fucking dad

Revenir en haut Aller en bas

Ruben Miller
CHIMÈRES ; scylla
MESSAGES : 57
Date d'inscription : 06/07/2019
PSEUDO : dionysass/Marine
AVATAR : Benjamin Wadsworth
COPYRIGHT : HOODWINK(ava)
GANG : chimère ; milicien
POINTS : 4
Voir le profil de l'utilisateur

damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) EmptyMer 7 Aoû - 0:29

damn, I look just like my fucking dad


Il pense que t’a gagné au change, mais il sait pas, il connait rien à ta vie. Et la vérité, c’est que tu connais pas grand chose à la sienne non plus, mais tu l’as toujours un peu idéalisé. Ta mère, elle t’a toujours raconté comment ton père était parfait, beau, grand, alors pour toi, ton frère, c’était la même chose. T’étais seul, sauf quand ta génitrice était là pour te parler de cette famille que t’avais jamais vu. Tu l’as idéalisé, et putain, t’es déçu. T’es déçu. Bien sur que t’as cherché, que t’as été maladroit, mais t’as essayé ; il en a rien à foutre. Il est cruel. Et t’avais tellement imaginé cette rencontre que t’es même déçu de toi, de tes réactions de con. Mais c’est trop tard, t’es lancé, tu lui expliques que t’es là à cause de votre père. Et ouai, peut-être qu’il allait t’apprécier, mais t’as pas envie qu’il t’aime pour ça. T’es pas juste ça, juste le mec qui a défoncé la gueule de son père. T’es son frère, bordel, et il est con au point d’en avoir rien à foutre. Alors tu frappes.
Et il réagit rapidement, tu finis au sol. Tu t’relèves pas, tu veux savoir s’il va te frapper quand t’es au plus bas. T’es presque surpris qu’il ne le fasse pas. Maintenant t’es prêt à tout, venant de ce connard. “Ouai apparemment c’est dans la famille ! T’es un putain de fou ! Tu voulais que je te dise quoi ? Sérieusement ? Putain. Qu’est-ce que je fou là. Je savais que notre père c’était un con, jle sais. Mais tu connais rien à ma vie, connard. J’ai vu ta mère. Elle t’aimait tellement putain; elle t’aimait tellement. Et toi t’as fais quoi ? T’as préféré fuir, putain de lâche.” t’es debout en un bond, nerveux, énervé, sans savoir quoi faire de tes membres. Tu serres les poings, t’as encore envie de lui éclater la gueule, sauf que là, t’as plus l’effet de surprise, t’as plus le dessus. Ton accent anglais, moins fluide, ressort, et tu butes sur tes mots. “Je veux pas faire ami-ami !” et tu sais que t’es injuste. “J’veux pas être là pour être ton pote ! J’suis pas un vulgaire magicien qui a rejoint ce gang de malade pour m’approcher de toi ! J’suis ton frère, bordel, qu’est-ce que tu comprends pas à ça ? J’suis beaucoup plus que ça. J’suis ton sang. J’suis ton putain de reflet. T’as même flippé en me voyant, t’as besoin de quoi de plus comme preuve connard ?!

Et t’es parti, il pourra plus t’arrêter. Tu finis par lui sauter dessus, agile, même si t’as perdu tout l’entrainement de la milice, t’es juste guidé par l’instinct, celui de le faire tomber. Vous basculer, uniquement parce que tu lui laisses pas l’choix. La chute est violente et tu le fixes, pour une fois que c’est toi qui est en haut. “Et t’es le premier à pas tourner rond connard ! T’es vraiment un con ! Putain. Moi qui espérais que tu sois pas mort entre maintenant et ton arrivé. J’te pensais pas aussi écrasé par contre. Quand les autres parlent de toi, ils sont impressionnés, même si t’es pas toujours aimé. Pour la milice t’es un fou furieux. Pour les magiciens t’es un mec loyal, même si tu tournes un peu trop autour du chef. Mais là ? T’es juste con. Juste un mec con. Un putain de mauvais fils.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
MessageSujet: Re: damn, I look just like my fucking dad (ruben)   damn, I look just like my fucking dad (ruben) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 
damn, I look just like my fucking dad (ruben)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Moore, Viviane] La nef des damnés
» Neytiri 1/3 & Jack 1/2 par Ruben Estefania
» ¤ Partenariat n°135 : VERTIGE (TOME 2) offert par Damné le site
» Les amants damnés
» *** Akasha, Reine Des Damnés ***

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Pays Imaginaire :: LA DEUXIÈME PETITE ÉTOILE :: zones neutres :: plage-
Sauter vers: